Informations Légales
Accueil > Mentions légales

Informations légales

>Raison Social et Siège social

Le présent site est la propriété de la société COFIDIS, inscrite au registre du commerce et des sociétés de LILLE METROPOLE sous le numéro SIREN 325 307 106, dont le siege social est situé parc de la Haute Borne - 61 AVENUE DE HALLEY - 59866 VILLENEUVE D'ASCQ CEDEX.
Directeur de la publication : Gilles SAURET
Cofidis S.A au capital de 67 500 000 €, agréée en qualité de société financiere. La société COFIDIS SA, ayant pour activité principale la vente a distance de crédit a la consommation, est un établissement de crédit soumis au contrôle du Comité des Etablissements de Crédit et des Entreprises d'Investissements, situé a l'adresse suivante Banque de France, 40-1355 Direction des Etablissements de Crédit et des Entreprises d'Investissement-75049 Paris Cedex 01. N°TVA : FR 62325307106
Hébergeur : Euro-Information, 4, rue Frédéric-Guillaume Raiffeisen - 67000 Strasbourg - Téléphone : 03.88.14.88.14

>Engagement de COFIDIS sur le traitement des réclamations

Si vous rencontrez des difficultés relatives aux services fournis et a l'exécution des contrats conclus avec COFIDIS, nous vous invitons a suivre la démarche suivante : 


  • Contactez votre conseiller COFIDIS 

      - Par téléphone au 0800 035 035 
      - En cliquant ici.

    Si la réponse apportée par votre conseiller ne vous satisfait pas et que vous souhaitez soulever une réclamation : 

  • Contactez notre service consommateur : 

    - En cliquant ici.
    - Ou en écrivant a l'adresse suivante : COFIDIS Service consommateurs - 59866 VILLENEUVE D'ASCQ CEDEX. 

    Nos services s'engagent a accuser réception de votre demande sous 10 jours et a vous apporter une réponse dans un délai de 2 mois a compter de la réception de la réclamation. 
    Si le différend persiste et que les réponses apportées ne satisfont pas votre attente, vous avez la faculté de saisir un médiateur indépendant. 

  • Saisir le médiateur de l'Association Française des Société Financieres. 
    En écrivant a l'adresse suivante : Monsieur le Médiateur de l'Association Française des Société Financieres, 75854 PARIS, CEDEX 17. Ceci, sans préjudice des autres voies d'actions légales.
>Notre engagement en matiere de protection des données 

" Nous nous sommes engagés à assurer la sécurité des données à caractère personnel via des procédures strictes au sein de notre entreprise. Pour les données collectées "en ligne", nous utilisons un procédé de sécurisation qui vous garantit un haut niveau de protection.
Le cadenas affiché par votre navigateur Internet indique que vous êtes dans une partie du site COFIDIS qui fait l'objet d'une sécurité renforcée, fondée sur des protocoles fiables et internationalement reconnus.
Grâce à notre service sécurisé et au chiffrement des données confidentielles, nous assurons une protection totale de votre identification. Vous pouvez donc nous communiquer des informations personnelles en toute confidentialité ".

>Services clients 

- N° de téléphone : 0 800 035 035
- Minitel : 36 15 Code COFIDIS (0.337 €/mn)
- COFIDIS : 0800 833 833
- Internet : www.cofidis.fr

>Services de COFIDIS

- COFIDIS s'efforcera d'apporter une réponse dans les 10 jours suivant la réception de toute demande ou réclamation.

- La somme de votre crédit est a votre disposition dans les plus brefs délais, sous réserve d'acceptation de votre dossier et apres l'expiration du délai légal de rétractation de 14 jours dont 7 jours incompressibles suivant la signature de votre contrat.
- Les tarifs attachés a la gestion des crédits renouvelables et des prets amortissables :
Frais de dossier pour les prets amortissables : gratuit
Clôture de son compte par le titulaire : gratuit
Relevé de compte pour les crédits renouvelables : gratuit
Tableau d'amortissement pour les prets amortissables : gratuit
Renouvellement de carte (en cas de perte ou de vol) : gratuit
L'ASF et les organisations de consommateurs co-signataires sont convenues de ce qui suit :
Le présent accord concerne le recouvrement amiable, c'est-a-dire la phase qui précede l'exécution par un huissier de justice d'un titre obtenu d'un juge par le créancier. Les personnes chargées du recouvrement amiable1 agissant pour le compte des établissements de crédit a la consommation ont pour mission d'écouter et de contacter le client en vue de parvenir a une solution amiable aux difficultés de paiement qu'il rencontre et, autant que faire se peut, maintenir la relation commerciale avec lui.
Si l'impayé a pour origine une contestation de la créance qui ne peut etre réglée immédiatement, le client sera orienté vers le service consommateurs, puis le médiateur de l'ASF.
Le recouvrement amiable est une phase extremement importante de la relation entre un emprunteur et un preteur. Les établissements s'engagent a respecter et faire respecter par les personnes physiques ou morales agissant pour leur compte (sociétés de recouvrement, enqueteurs, etc.) les regles déontologiques des trois phases suivantes dans leur démarche de recouvrement amiable :

1 - En amont, l'incitation préventive.

Les établissements de crédit incitent par tous moyens (offre préalable de crédit, relevés de comptes, plaquettes de communication, etc.), les clients a prendre contact avec eux des qu'une difficulté est susceptible de se produire, c'est a dire avant meme la constatation d'un impayé.

2 - Les regles du recouvrement amiable.

A tout moment de la procédure amiable, le preteur s'engage a ne pas exercer de pression morale sur le débiteur et a réduire au strict nécessaire la fréquence des contacts. En cas d'impayé, le preteur prend contact avec le client en utilisant tout d'abord les coordonnées personnelles, ou a défaut professionnelles, communiquées par l'emprunteur.
L'objectif est de parvenir a un reglement amiable du probleme et d'éviter, autant que possible, la déchéance du terme ou la résiliation du contrat.
- Dans le présent texte, les personnes chargées du recouvrement sont génériquement désignées par le terme « preteur »
- Les procédures mises en place traduisent une progressivité dans la démarche de recouvrement:

  • Le client est informé qu'un impayé a été constaté (oubli, erreur technique, difficulté passagere, etc.). L'établissement indique les coordonnées du service que le client pourra contacter ;

  • Si l'impayé ne peut etre régularisé, le dialogue avec le client a pour but de rechercher une solution en fonction de sa situation personnelle ;

  • À chaque phase, un seul service suit alors le dossier du client pour un traitement cohérent. En fonction de son évolution et de sa complexité, le dossier peut etre transmis a un interlocuteur ou a un service plus spécialement dédiés qui a acces a l'historique de l'incident en cours. Le client en est informé.

- Les procédures assurent le respect de la confidentialité et de la vie privée :

  • les informations obtenues par l'interlocuteur chargé du dossier sont strictement confidentielles et ne doivent pas etre utilisées a d'autres fins que la gestion du (des) dossier(s) du client ;

  • lors d'un contact téléphonique, il y a lieu de vérifier l'identité de l'interlocuteur comme étant celle du client soit lorsque l'établissement prend le contact, soit lorsque le client appelle l'établissement (adresse, date de naissance par exemple) ;

  • il y a lieu de veiller a ce que le client puisse s'exprimer sans gene par rapport a des tiers ;

  • les formes ostensibles de rappel d'impayés sont a proscrire (par exemple, toute mention sur une enveloppe indiquant que la correspondance concerne la récupération d'une créance) ;

  • le fax et le courriel ne sont adressés sur le lieu de travail qu'avec l'accord expres et ponctuel du client. Les courriers de rappel d'impayés ne doivent pas etre adressés sur le lieu de travail du salarié;

  • les horaires de prises de contact doivent etre adaptés a la disponibilité du client et choisis pour ne pas lui occasionner une gene excessive ;

  • les prises de contact n'interviennent, ni le dimanche, ni les jours fériés, sauf demande expresse du client ;

  • les chargés de recouvrement amiable bénéficient d'un accompagnement et d'un suivi concernant l'application de la réglementation (Loi Informatique et Libertés, loi bancaire, etc.), et du présent accord ainsi que l'analyse du discours téléphonique et des procédures. Les procédures assurent la transparence des relations avec le client :

  • comportement professionnel, objectif, respectueux et dénué de toute agressivité a l'égard du client ;

  • non utilisation d'une fausse qualité notamment dans un but d'intimidation ;

  • proscription de tout écrit qui laisse croire a tort, par sa présentation, qu'il s'agit d'un document émanant d'un officier ministériel ou d'une autorité publique proscription de tout écrit comportant des allégations visant a l'intimidation ;

  • rappel explicite des conséquences du défaut de remboursement des échéances ;

  • acces du client a l'information le concernant, dans le respect de la réglementation. envoi a premiere demande d'un décompte au client avec lequel la relation a été interrompue depuis au moins un an.

3 - Les regles du recouvrement amiable exceptionnel impliquant l'appel aux tiers.

Il faut distinguer :

L'entrée en contact involontaire avec un tiers (est assimilé a un tiers, le répondeur téléphonique du lieu de travail du client.) : la personne qu'on cherche a contacter n'est pas celle qui répond (membre de la famille, collegue de bureau lorsque le client a communiqué a l'origine ses coordonnées professionnelles pour le joindre). Dans cette hypothese, l'entrée en contact avec un tiers ne doit avoir d'autre objectif que de laisser un message a l'intention du client. Elle se fait dans le respect des conditions suivantes :

  • le message ne mentionne que le nom et le numéro de téléphone direct de la personne a rappeler. Il invite le client a rappeler cette personne ;

  • le message laissé au domicile peut de plus mentionner la raison sociale, sans autre indication ;

  • l'entrée en contact involontaire avec un tiers ne doit pas viser a recueillir des informations relatives a l'impayé ;

  • l'entrée en contact avec un meme tiers doit, autant que possible, etre évitée.

  • l'entrée en contact volontaire avec un tiers destinée uniquement a retrouver trace du débiteur, sauf si celui-ci a expressément manifesté sa volonté de se placer dans la phase de recouvrement judiciaire. Elle est provoquée par l'impossibilité durable de contacter, par courrier et téléphone, la personne aux coordonnées communiquées (par exemple, parti sans laisser d'adresse). Les tiers visés sont les services habilités de la mairie, le gardien, les voisins, la famille, l'employeur. La recherche des nouvelles coordonnées aupres de tiers est légitime, mais doit s'exercer avec la discrétion nécessaire.

  • on ne mentionne que le nom et le numéro de téléphone direct de la personne a rappeler. On invite le client a rappeler cette personne. On ne mentionne pas la raison sociale du preteur ;

  • selon l'interlocuteur, la communication peut aussi avoir pour but de se faire confirmer la nouvelle adresse, le numéro de téléphone et le lieu de travail du client ;

  • quel que soit l'interlocuteur, il est interdit d'évoquer les difficultés financieres du client ;

  • les prises de contact avec un meme tiers doivent etre espacées dans le temps ;

  • aucun message ne doit etre laissé sur le répondeur d'un tiers. En tout état de cause, l'absence de contact ou de régularisation accélere le passage du dossier au contentieux.

4 - Mise en ouvre de l'accord

L'emprunteur sera informé de l'existence de cet accord et de la possibilité de s'en procurer le texte :

- dans l'un des documents remis concomitamment a la souscription du crédit ou dans le mois qui suit le déblocage des fonds ;
- dans la lettre d'avertissement du débiteur sur la déclaration de l'incident au FICP, visée a l'article 4 alinéa 1 du reglement modifié n°90-05 du 11avril 1990. Le contenu de l'accord sera intégré dans la formation dispensée aux personnes chargées du recouvrement. L'accord sera annexé aux conventions liant les établissements de crédit aux sociétés de recouvrement qu'ils mandatent. L'accord figurera sur le site Internet de l 'ASF et celui de ses membres concernés. Il sera visé au référentiel « Qualité crédit ». Le contrôle de l'application de l'accord par les preteurs est assuré par les organisations de consommateurs signataires, l 'ASF et le Médiateur de l 'ASF.

5 - Suivi de l'accord.

Les signataires s'engagent :
- a faire chaque année le bilan de l'application de l'accord
- a poursuivre la concertation pour réfléchir aux méthodes de recouvrement pendant la phase contentieuse. La dénonciation par tout signataire est possible a tout moment.

6 - Entrée en vigueur.

Le présent accord est applicable a la phase allant jusqu'a la déchéance du terme ou la résiliation du contrat depuis le 1er janvier 2005. Pour ce qui est de la phase allant de la déchéance du terme a l'exécution par l'huissier de justice du titre obtenu d'un juge par le créancier, il entrera en vigueur le 16 avril 2007. Médiateur personne mise a disposition par l´ASF pour rechercher des solutions amiables aux litiges survenus entre une société financiere et ses clients. Indépendant de droit et de fait des membres de l´ASF, il remplit une mission de conciliation entre les parties. A défaut de conciliation, il émet, en équité, un avis sur le litige qui lui est soumis. Mais il n’est pas obligatoire pour les parties de le suivre.
Mr le médiateur de l'ASF 75854 PARIS Cedex 17

>Information sur la Directive sur les services de paiement (DSP)

L'Ordonnance n°2009-866 du 15 juillet 2009 encadrant les services de paiement entre en vigueur le 1er novembre 2009. Elle transpose une directive européenne dont l'objectif est d'harmoniser et de renforcer les droits et l'information des clients réalisant des opérations de paiement au sein de l'Espace Economique Européen.
Cofidis met a votre disposition le contrat cadre de services de paiement recensant les principales dispositions applicables a compter du 1er novembre 2009. Téléchargez le document.
Cofidis vous communique également les nouvelles conditions de fonctionnement de la Carte Bancaire applicables a compter du 1er novembre 2009 Téléchargez le document.